19/06/2015

Pays Bigouden - Penmarc'h - Finistère sud

Qui dit sud Finistère dit mégalithes... ! Comme nous passons un quinzaine sur la presqu'île de Penmarc'h, je m'y suis intéressé... Voici un petit texte explicatif trouvé sur le net :

" Dans le PaysBigouden, au sud Finistère, il y a une commune, Penmarc'h, divisée en plusieurs hameaux comme il est fréquent en Bretagne. On pourrait nommer ce village : le petit Carnac du Finistère, tant que ces monuments mégalithiques sont nombreux. Par rapport à Carnac, ils sont éparpillés !"

Effectivement, pas besoin d'aller bien loin... Mon épouse me propose d'aller visiter la chapelle la Madeleine, reprise dans son guide... Soit, me dis-je... et je fus surpris car dédiée à Marie Madeleine, la Magdalena... pas courant ça !!

Construite, comme bien souvent, sur un ancien lieu de culte Celtique où le cosmo-tellurisme était omniprésent, cette chapelle vaut le déplacement pour ce qu'elle incarne... La Marie-Madeleine n'ayant pas toujours été dans les petits papiers de l'église !

Bref, si j'ose dire, cette chapelle est également construite sur un petit cours d'eau dont la source, une fontaine sacrée, juste à l'entrée, est réputée depuis les temps les plus reculés ! 

Mais elle est aussi connue aujourd’hui par ses vitraux réalisés en 1981 par le peintre Jean Bazaine (1904-2001), inspiré par Marie-Madeleine...

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 005.JPG

Comme un artisan travaillait sur la réfection de la fontaine, nous avons pu visiter l'édifice... sol en terre, bancs, tout en simplicité...

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 007.JPG

 

Ce sont ces vitraux qui attiraient le regard... magnifiques !

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 011.JPG

 

Ils sont superbement décrit ici :

http://www.lavieb-aile.com/article-chapelle-de-la-madelei...

 

Voici ma contribution... Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, il faisait superbe, plein soleil, voici quelques vitraux en pleine lumière avec les textes du lien ci-dessus...

 

 

 

 

 

Le troisième vitrail sud... Le lundi de pâques

 

Dès potron-minet, dans la belle lumière de l'aube, Marie de Magdala se hâte de se rendre au tombeau, accompagnée de Marie:

" Après le sabbat, à l'aube du premier jour de la semaine, Marie la Magdaléenne et l'autre Marie allèrent voir le tombeau. Et voilà qu'il se fit un grand tremblement de terre, car un ange du Seigneur, étant descendu du ciel, s'approcha, roula la pierre, et s'assit dessus. Son aspect était brillant comme l'éclair, et son vêtement blanc comme la neige".(Mat. 28, 1-3)

 

  "et prenant la parole, l'ange dit aux femmes : vous, ne craignez rien. Car je sais que vous cherchez Jésus le crucifié. Il n'est point ici car il est ressuscité, comme il l'avait dit ; venez, et voyez la place où il était". (Mat. 28, 5-6)

" Et voici que Jésus se présenta devant elles et leur dit : Salut!"

" Elles s'approchèrent, saisirent ses pieds et se prosternèrent devant lui". (Mat. 28, 9)

 

   C'est un peu délicat de le souligner, mais Marie-Madeleine et les pieds de Jésus, c'est tout un roman. Elle leur porte une vénération absolue. Mais Bazaine ne représente pas une paire de pieds, ni Madeleine avec sa robe bleue pleurant de joie, ni ses cheveux, mais la dilatation d'un cœur bouleversé par l'inespéré. 

 

  Le bleu, le blanc et le rouge sont des couleurs que Bazaine n'a cessé de marier pour exprimer le tremblement intérieur des émotions, le tremblement des lumières du littoral, le tremblement de la musique (Tremblement du temps, Hommage à Schubert, huile sur toile 1989 ; Peinture bleu, blanc, rouge, article de 1943), mais ici le rouge, qui prend la prédominance, tremble et scintille d'un soleil qui se lève. Un grand soleil intérieur.

 

 

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 008.JPG

 

 

 

 

 

 

La maîtresse-vitre : la réssurection.

  Il est identique aux autres par cette façon d'assembler des fuseaux colorés en lignes de forces, mais celles-ci jaillissent ici comme un torrent ascensionnel avec ses veines violettes d'une part, jaune-orangé de l'autre, pour culminer en ce que le peintre nomme "le rose à l'or" : On l'appelle rose à l'or parce que jadis il rentrait de l'or dans sa composition, je crois. J'aime bien cette couleur, c'est une couleur très mystique qui se nuance du rouge au rose" (Ar Men n°56).

  Le rose à l'or ? Je voulais en savoir plus, et j'en trouvais cette mention : "Les couleurs obtenues sont désignées par des numéros mais certains termes étalons sont utilisés pour désigner une teinte précise : ainsi le rouge signal, le vert pré, l'isly (une turquoise bien précise), le jaune d'or plus cher que le ton uni, le pourpre de cassius, ancienne dénomination du rose à l'or obtenu avec des oxydes de métal précieux"

  On en signale l'emploi à Vence par Matisse (qui paya de sa poche le surcoût entraîné), et par son élève François Rouan à Nevers qui utilise un rose à l'or soufflé et plaqué sur un verre incolore.

 

 

 

 

 

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 006.JPG

 

 

 

 

Le vitrail du bas-coté gauche (baie 2) : Noli me tangere.

  C'est la rencontre entre Madeleine et le Christ en son corps transfiguré par la résurrection, mêlant le violet mystique à la palette des jaunes. Je retrouve la problématique évoquée devant le vitrail de la Transfiguration à Plogonnec : Vitrail de Plogonnec III : la Transfiguration. : comment rendre un corps dont la matière est énergie pure, transformée par l'alchimie spirituelle en une irradiation, un don rayonnant ?

   Jésus connaît la puissance de ce feu, et recommande à Marie-Madeleine : Noli me tangere, ne me touche pas. 

  Madeleine, comme l'aveugle Bartimée (Marc 10, 51)  vient de l'appeler Rabbouni (rhabboni en grec,tiré de l'araméen que parlaient  Jésus et Marie-Madeleine), "Mon Maître" ! Rabbouni est, par rapport à Rabbi qui est utilisé ailleurs dans les Évangiles, une amplification du titre par l'adjonction d'un nun emphatique. Plus que "mon maître", ce sont les mots "Mon Dieu" qui viennent à se lêvres : un face-à-face avec la divinité, et comme Moïse c'est bien face à un buisson ardent qu'elle se trouve ; "Alors, Moïse  se voila la face, car il craignait de fixer son regard sur Dieu".

  Ce vitrail est le plus "figuratif" des six, et on discerne très bien Madeleine en robe bleue entraînée par un mouvement de retrait face à la puissance embrasante de la divinité, et dont l'être commence déjà à se métamorphoser sous l'effet de la vocation, l'appel qui lui est lancé : "Va vers mes frères et dis-leur".

  Noli me tangere... Un des sommets de la mystique occidentale, qui reste indissociable du souvenir du jour où, à Florence, au couvent San Marco, je me suis trouvé dans la cellule dépouillée où l'œuvre de Fra Angelico attendait dans la lumière toscane.

  Les œuvres les plus fortes sont souvent celles qu'on découvre dans un lieu tout simple, très naturel, dans le silence que rompt un chant d'oiseau : ici, à la Madeleine, ou bien à l'étage donnant sur le cloître de San Marco.

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 009.JPG

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 031.JPG

 

 

Pour les mégalithes du coin, l'alignement de la Madeleine, ils ne sont pas loin (250m) mais nous avons quand même dû nous faire aider par une touriste allemande à la chevelue flamboyante... 

Ce qui est singulier, mais les sentiers bretons sont peut-être tous comme cela, ils étaient constellés de petites paillettes argentées (de mica je suppose) ce qui, le soleil aidant, les rendaient encore plus "magiques"...

 

 

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 027.JPG

17.06.2015LumixPenmarc'h 028.JPG

17.06.2015LumixPenmarc'h 029.JPG

 

 

Cet alignement comprenait à l'origine 600 à 700 menhirs, orientés nord-est, sud-ouest, dans la direction du lever du soleil ! Malheureusement, il n'en reste plus beaucoup de visibles, certains furent enfouis et d'autres déplacés pour faciliter la culture !!

Cet alignement était presque aussi important que celui de Carnac !

 

Près du hameau de Lescors à Penmarc'h, l'emplacement de la chapelle correspond à un ancien culte celte, organisé autour de la Pointe de la Torche et dont attestaient jadis des alignements de menhirs proches. On peut découvrir ces mégalithes "de Lestriguiou" à 250 mètres au nord de la chapelle. Ce fut ici le plus important alignement du Finistère, un "petit Carnac" de quelques 600 pierres encore visibles au début du XIXe siècle. On en voit une cinquantaine qui ont été redressées en 1989 (ils avaient été enterrés pour ne pas géner les cultures) le long des chemins par une association, sans prétention d'exactitude scientifique mais en témoignage de l'importance de ce site. Il y avait jadis quatre rangs de pierres parallèles, sur plus d'un kilomètre.

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 020.JPG

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 020a.JPG

17.06.2015LumixPenmarc'h 021.JPG

17.06.2015LumixPenmarc'h 023.JPG

 

il ne leur manque plus que la parole !

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 025.JPG

 

Au hasard, au bord d'une rue, on a croisé ceci... pas du tout balisé et sans présentation...

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 034.JPG

17.06.2015LumixPenmarc'h 036.JPG

 

Impressionnant...

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 037.JPG

 

Dans le même "quartier", ma femme avait repéré le menhir de la Vierge, un mastodonte de 6m de haut... pas fléché non plus, faut les mériter hein !, on l'a finalement trouvé, au bout d'une allée quand même dégagée, invisible, blotti dans le fond d'un jardin privé...

J'aime cette nuée du lumière photographique...

 

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 041.JPG

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 042.JPG

 

Au pied, la même source que celle qui passe sous la chapelle La Madeleine... tout un symbole (celtique)... l'endroit n'est pas spécialement dégagé...

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 049.JPG

 

Une "atmosphère" bien agréable !!

 

17.06.2015LumixPenmarc'h 051.JPG

 

 

A un autre endroit, toujours à Penmarc'h, à la Point de la Torche, endroit réputé pour le surf, une allée couverte sur un promontoire... 

 

 

22.06.2015CanonBrigitte 241.JPG

 

 

26.06.2015LumixPenmarc'h 102.JPG

 

 

26.06.2015LumixPenmarc'h 103.JPG

 

26.06.2015LumixPenmarc'h 104a.JPG

 

26.06.2015LumixPenmarc'h 105a.JPG

 

 

 

 

et un superbe cliché pris par mon épouse...

 

 

22.06.2015CanonBrigitte 246b.JPG

 

 

Bref un coin enchanteur... et ce n'est pas tout...

 

 

Voile blanche ou voile noire à une signification... pour Penmarc'h... Tristant et Yseult, ça vous parle ? Lisez ceci :

"Penmarc'h signifie "tête de cheval" et la presqu'île autrefois s'appelait cap Caval, en souvenir du dieu cheval March, coursiers des mers et du soleil...

L'ère chétienne lui a donne forme humaine sous le nom du roi Marc, oncle de Tristan. C'est d'ailleurs à Penmarc'h, à l'emplacement de la chapelle Saint Pierre, en avant du phare d'Eckmühl, que la mémoire populaire situe l'épilogue tragique de la passion du chevalier Tristan pour Yseut, fille du Roi d'Irlande !

La suite, trop longue à retaper est ici :

 

https://books.google.fr/books?id=0pgJx8fdJo0C&pg=PA71...

 

et comme si cela ne suffisait pas... il y a aussi la disparition d'Is

 

 "On prétend que Dahut (on dit aussi Ahès) s’est, en touchant l’eau, métamorphosée en Marie Morgane, qui, aujourd’hui encore, enjolerait les marins désœuvrés dans la baie. Quant à la ville, elle n’est pas détruite, simplement submergée, dans l’attente d’une résurrection, et l’on peut, par temps calme, entendre le tintement de ses clochers. Ernest Renan lui-même portait attention, en 1883, à ces “voix d’un autre monde”. Où localiser de tels faits ? En Cornouaille, évidemment. Ensuite, les avis divergent : pour les uns, vers Penmarc’h, où la côte est si basse ; pour d’autres, en Cléden-Cap Sizun, en bordure de la baie des Trépassés. Du reste, on montre, au hameau de Troguer, un fragment de mur dit Moguer a Is, “la muraille de la ville d’Ys”.

 

Passons à la tombe en couloir de T de Poulguen...

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 073a.JPG

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 073b.JPG

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 074.JPG

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 076.JPG

 

 

La "sortie" arrière...

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 078.JPG

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 079.JPG

 

 

 

En suivant notre chemin vers le menhir suivant, on croise ceci...

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 083d.JPG

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 083c.JPG

 

 

Superbe...

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 081.JPG

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 092.JPG

 

 

Ensuite, le superbe menhir de Lehan...

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 096.JPG

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 103.JPG

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 104.JPG

 

 

Le menhir de Reun, malgré ses 6m, fut plus difficile à trouver...

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 116.JPG

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 120.JPG

 

 

20.06.2015LumixPenmarc'h 118.JPG

 

  

Commentaires

Coucou Richard, je ne savais pas que tu avais un autre blog, quelle magnifique balade, cette chapelle est superbe! Bise à vous deux et bon week-end tout doux!!!

Écrit par : Maria-Lina | 20/06/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire